Léonora MIANO

Léonora MIANO

Léonora Miano, née le 12 mars 1973 à Douala (Cameroun), est une femme de lettres camerounaise d’expression française.

Entière, sans concession, Léonora Miano n’a pas peur de la confrontation ni de déplaire. Cette radicalité est salutaire. Elle nous tend un miroir et nous oblige à nous regarder en toute lucidité. L’image qui nous est renvoyée est peu glorieuse et nous confronte à notre histoire dans ce qu’elle a de plus sombre. Elle nous force à prendre conscience de nos limites et de nos préjugés. Vous, qui êtes blanc, avez-vous déjà pensé votre blancheur ? Et vous, qui êtes noir, pourquoi vous voyez-vous ainsi ? Pourquoi endosser cette désignation coloniale ?

A partir d’une explication psychologisante de l’invention de la race, Léonora Miano renverse les perspectives habituelles et avance que les esclavagistes ont souhaité se blanchir des « ténèbres » qu’ils déversèrent sur le monde avec la déportation transatlantique d’hommes et de femmes qui jusque-là ne se considéraient ni comme Africains ni comme Noirs. Dès lors, « le Noir matérialise les ténèbres intérieures de celui qui mutile sa propre humanité en niant celle de l’autre » (L’Impératif transgressif, L’Arche Editeur, 2016).

Née à Douala en 1973 et installée en France depuis le début des années 1990, Léonora Miano s’intéresse aussi bien dans ses romans, son théâtre que dans ses écrits théoriques, à la place des afrodescendants dans les sociétés occidentales (Tels des astres éteints), aux pans de la mémoire atlantique en Afrique (La Saison de l’ombre, prix Fémina 2013), aux questions de sexualité et de genre (Crépuscule du tourment, 2016). Elle a ainsi contribué à la diffusion de la notion d’« afropéanité » et se penche sans « pathos ni ressentiment » sur notre passé commun fait d’exploitation et de chosification, d’aliénation et de résistances, afin de mieux saisir notre présent et d’en dessiner les voies émancipatrices.

Lire aussi  « Crépuscule du tourment » de Léonora Miano, une œuvre féministe et postcoloniale

Par Séverine Kodjo-Grandvaux(contributrice Le Monde Afrique, Douala)

Roger
Author: Roger