Felwine SARR

Felwine SARR

Felwine Sarr, né en 1972 à Niodior dans le Sine-Saloum, est un écrivain, économiste, universitaire et musicien sénégalais.

Les médias français l’ont découvert avec son essai Afrotopia, paru au printemps, mais depuis une dizaine d’années le Sénégalais Felwine Sarr construit une œuvre singulière, originale dans sa forme et son propos, et extrêmement dense. Professeur à l’université Gaston-Berger où il dirige le Laboratoire de recherche en économie de Saint-Louis (LARES), l’organisateur des Ateliers de la pensée est avant tout un écrivain et un poète-philosophe. Il a écrit notamment Dahij (Gallimard, 2009) et Méditations africaines (Mémoire d’encrier, 2012), deux ouvrages inclassables et d’une richesse inépuisable, construits à partir d’aphorismes et de réflexions personnelles, à travers lesquels il livre une pensée à la fois intimiste et universaliste et nous amène à revenir sur ce qui fonde notre humanité et sur la manière dont nous souhaitons la construire.

Lire aussi  Felwine Sarr : « Les Africains doivent penser par eux-mêmes et pour eux-mêmes »

Adepte des arts martiaux qui a fait sienne la maxime de Juvénal, « un esprit sain dans un corps sain », musulman qui a servi la messe enfant et s’intéresse au bouddhisme zen, sereer dans un univers majoritairement wolof qui parle français depuis son plus jeune âge, à 44 ans, Felwine Sarr sait mieux que quiconque que les identités sont multiples. Et que les cultures peuvent se féconder.

Raison pour laquelle il invite les penseurs du continent à s’engager dans une rupture épistémique en délaissant les concepts occidentaux qui seraient peu adaptés aux réalités du continent et en investissant des notions africaines comme le jom (« dignité »), la teranga (« hospitalité »), le ngor (« sens de l’honneur »)… pour en dégager les possibles apports bénéfiques. Que ce soit sur un plan collectif ou d’un point de vue individuel, ce philosophe du quotidien nous invite tous à trouver notre propre voie en délaissant les chemins tracés d’avance et les idées toutes faites.

Lire aussi  L’utopie africaine, selon Felwine Sarr

Par Séverine Kodjo-Grandvaux(contributrice Le Monde Afrique, Douala)

Roger
Author: Roger